Un nouveau-né dans l’automobile : la DiesO(t)tomobile

  • par

Avant COP21 et après.

Un des choix à faire en concession automobile était quelle motorisation, quelle source d’énergie. Essence ou gazole. L’essence était pour les petits trajets et sinon c’est le gazole qui est plus intéressant.  
Puis la prise de conscience écologique mondiale fait son petit bonhomme de chemin. Le tri sélectif, des nouvelles énergies (solaire et éolienne) pour en citer que quelques-uns.  
C’est avec la signature du COP21 en Avril 2016, que les choses prennent définitivement stature. L’échauffement de la planète, l’émission de Co2 etc. On pollue trop et si l’on souhaite que notre monde soit meilleur (pas le moindre pour nos enfants), il faut que l’on change nos habitudes.  
Les propositions de nouvelles énergies ne manquent pas dans le mode de l’automobile : l’essence combiné avec l’éthanol ou de l’électrique (« hybride”), le GPL (Gaz Pétrole Liquéfié), le 100% électrique (à Hydrogène ou à chargement par réseau) ou le gazole (avec ou sans l’ajout “AdBleu”). 

La recette magique à laquelle doit répondre chaque nouveau moteur : coupler fiabilité technique, dynamisme et souplesse de conduite, économique en consommation et, avec un durcissement des lois sur l’émission Co2, un taux le plus bas possible.  
Certains réglages moteur de dynamisation de conduite que chaque conducteur recherche, donnent des résultats meilleurs, mais aucuns n’aligne réellement tous les points ci-dessus d’une façon pérenne.  

Ce sont des jumeaux!

Aujourd’hui s’ajoute à la liste de motorisations un moteur à essence utilisant le mixte de techniques utilisé sur les moteurs à l’essence et le gazole. Une marque Japonaise a lancé la commercialisation mondiale d’un modèle équipé avec un tel moteur. Ce nouveau moteur consomme moins, émets peu de Co2 et ne produit pas d’Oxyde d’azote (NOx). Un vrai alternatif donc aux autres motorisations existantes. Une motorisation donc “classique”, mais qui s’appuie sur la technologie SpCCI (pour Spark Controlled Compression Ignition). Elle conjugue les points forts du moteur à gazole inventé par Rudolph Diesel à ceux du moteur à essence, inventé par Nicolaus Otto. On pourrait donc l’appeler la DiesO(tto)mobile. 

Révolutionnaire ou pas?

Qu’est-ce qu’est de si différent ? L’allumage de la combustion. 
Ce moteur utilise le mixe des deux techniques d’allumage, celle des moteurs à gazole et essence.  
Le moteur obtient un taux de compression de 16,3/1, qui est équivalant à un moteur gazole. Les moteurs à gazole, utilisent un allumage à compression (l’air est compressé -et sous cette compression, chauffée à 800 dégrées -avant d’être mélangé avec le carburant gazole). Le moteur à essence fonctionne sur le principe “par étincelle” à l’aide du bougie.  
Le fonctionnement est qu’en bas régime la technique du gazole est utilisée, à noter que la température d’ignition soit inférieure à celle dans un moteur à gazole et un taux d’azote proche de 0 et le mode dites “classique” à essence (l’étincelle est fournie par une bougie qui sert de détonateur) pour les régimes supérieurs. Ce mix est géré d’une façon autonome par la partie électronique de la voiture à l’aide de capteurs de pression interne dans chacune des 4 cylindres. L’ordinateur à bord permet de calculer quel doit-être selon la conduite, le mélange optimal entre combustion, compression d’air et façon d’allumage.   
Ses 180 ch/DIN, une consommation moyenne d’entre 4 de 5 litres au 100 kms (selon la conduite) et un taux d’émission Co2 (WLPT) de 82gr/km, sont des résultats que peu de moteurs thermiques arrivent à produire de nos jours .  
La nouvelle technique “mixte” va peut-être nous amener vers la maîtrise de l’effet du “cliquetis”, qui a été à l’origine de l’arrêt du déploiement des moteurs à essence et un allumage 100% par compression (fonctionnement moteur à gazole). 

Cette nouvelle alternative peut être une réponse intéressante à un moment où les mœurs sont en train de basculer et que le consommateur souhaite définitivement s’orienter vers des motorisations propres et surtout à un prix abordable. 

Laisser un commentaire