Fusion PSA & FCA sous pression

La commission Européenne à Bruxelles a émis une objection bloquant en ce qui concerne la fusion prévue entre PSA & FCA (Fiat Chrysler Automobiles)

La semaine dernière la commission a déclaré que les deux marques ensemble auraient une trop grande part de marché (34%) sur le marché des utilitaires. Solution est de pousser au large une partie des activités, mais Bruxelles ne donne qu’une semaine afin de réaliser ceci. Au cas ou cette condition ne serait pas rempli, la commission commencerait une investigation que va durer au moins 4 mois.

La nouvelle était repris par les medias du monde. Cette fusion exceptionnelle doit être validée par la commission Européenne et par les autorités Américaines puis que FCA est noté en bourse de New York. Aussi bien PSA que FCA ont communiqué sur cette fusion au conditionnel et « selon l’accord des services de l’état concernés »

En dehors du fait que la commission Européenne met des batons dans la roue de la fusion, aussi les péricles provoqué par le COVID-19 ont largement retardé la réalisation de la fusion.
Le projet de distribuer un dividend spécifique de 1 milliard d’euros par chacun des marques aux familles Peugeot et Agnelli, a été abandonné puisque les effets de la crise sanitaire liés au COVID-19 demande de garder tout les fonds en caisse.

Malgré toutes difficultés rencontrées, aussi bien Mike Manley et Carlos Tavares (respectivement CEO de FCA et PSA) confirment ainsi demandé que la fusion est quant à eux toujours d’actualité. 

Polestar Precept

Le concept car « Precept » (vidéo plus bas)

La Polestar Precept est une voiture concept « véganique » pleine d’innovations techniques qui a été présenté de façon digitale le mois dernier au publique.

Vegan :
Comme le fait penser le mot : une très grande partie des éléments dans la voiture sont d’origine végétale Plus de cuir et importante réduction de plastiques. Polestar a choisi d’utiliser le composite Bcomp à base de lin afin de réduire de 80% les plastiques dans ses voitures. Le rembourrage des sièges sont produites à base de bouteilles PET (téréphtalate de polyéthylène) recyclées  par impression 3D. Les appuie-têtes et les assises sont fabriqués à partir en recyclant le liège et d’autres déchets de l’industrie viticole. Les tapis de sol sont fabriqués avec les déchets de filets de pêche déchirés et inutilisables.

Hightech :
La Precept est un conceptcar sans l’être. C’est un laboratoire technologique de pointe sur roues et un concentrée de nouvelles technologies ! Affichage tête-haute 9 pouces, l’écran central 15 pouces tactile, tourne avec le système ©Android avec reconnaissance faciale et vocale. ©Google Maps et certaines applications ADAS (Advanced driver-assistance systems ou aide à la conduite automobile) sont incorporés dans une seule application rendant une navigation encore plus précise et donc plus sure.
À l’arrêt les 15 pouces permettent de visionner un film ou un programme TV en streaming.
Un autre exemple est le Système « Lidar ». Une petite bosse sur le dessus de la carrosserie. L’équipement permet une meilleure vue sur la route que depuis l’habitacle. Aussi Polestar a ajouté un grand nombre de « Smartzones » dans la carrosserie qui communiquent les différents ADAS.
Un pas de plus vers l’automobile autonome.

La marque annonce clairement sa feuille de route pour les prochaines années. Polestar ou l’innovateur aux lignes de design très aérodynamiques, sans concessions au niveau de la sécurité pour ses utilisateurs … comme Volvo

Source : https://www.autogids.be/autonieuws/prototypes-en-concept-cars/polestar-precept-meer-details-over-de-veganistische-conceptcar.html

600.000 compteurs trafiqués chaque année en France

  • par

Suite à la publication de l’article : « https://www.20minutes.fr/economie/auto/2679707-20191220-vente-voitures-occasion-moins-600000-compteurs-trafiques-chaque-annee » , j’ai fait mon article du blog. Bonne lecture, n’hésitez pas si vous avez des remarques, questions !

J’ai testé le service d’Autorigin et qui est un dispositif payant (9,90€) qui donne des renseignements génériques des différentes bases de données existantes en France sur les voitures.
– Volée ou pas (plusieurs pays Européens)
– L’usage (taxi, auto-école, société ou pas)
– Nombre de propriétaires
– Garantie expirée (ou pas)
– Vignette CritAir
– Valeur moyenne de la voiture sur le marché
– Kilométrage signalé sur la fiche de cession au moment de la dernière vente.

En plus d’Autorigin, vous avez un service non payant  “Autoviza” partenaire et inclus sur le site la Centrale et qui fasse une recherche dans les mêmes bases de données. 

J’ai des doutes si un jour l’on va pouvoir, en tant que consommateur consulter une base dans laquelle sont enregistrée le kilométrage d’une voiture. Mais on sait jamais !

La prise de conscience est donc en route en France aussi, et c’est très bien ça ! C’est une excellente chose pour le consommateur Français qui (bien entendu) souhaite payer le bon prix pour une voiture et de la conduire sans soucis.

Est considéré “le bon prix” comme le prix à la juste valeur. Les voitures trop bons marché, sans moins chères certes, mais à court terme uniquement, car en 70% des cas une panne majeure intervient dans l’année suivant l’achat (A+1)

Néanmoins ces partenaires au service du consommateur Français et qui aide réellement à éviter un mauvais achat, mais qui n’incluent pas le contrôle sur le kilométrage comme Interned-Cars le propose systématiquement.

Nos voitures sont systématiquement accompagnées d’un rapport officiel sortant d’une base de données central de l’état néerlandais sur demande spécifique.

C’est une des garanties du label “+ de Garantie et de sérénité”, que l’on n’a pas choisi sans fondement. Un label qui va vraiment plus loin ou les autres s’arrêtent.

Revenant sur ce trafic. Sur base des informations de 600.000 voitures et, j’ose avancer, un gain moyen de 1.500€, ça fait la jolie bagatelle de 9 Millard d’Euros que les Français se font escroquer chaque année !

Dans les pays plus au nord comme l’Angleterre, La Suède, la Finlande, le Danemark et les Pays-Bas un système de contrôle des kilomètres est en place. Ceci a permis dans ces pays de réduire nettement le nombre de compteurs trafiqués.

Les autorités des états membres communautaires savent très bien que ce genre pratiques existent. Une loi avait été votée en 2016 dans tous les pays enfin d’endiguer ce fléau. Dans les autres pays il y a un Le b-mol qui est : Il n’y a pas assez de moyens alloués pour contrôler l’application de cette loi et les souris dansent sur une piste dorée !

Il y a deux pays depuis lesquels beaucoup de véhicules sont importés et ou il n’y a pas ces contrôles : La Belgique et l’Allemagne.

En Belgique les initiatives sont nombreuses, mais pour le moment plutôt au niveau de la France (pas de kilométrage).

Pour l’Allemagne la mise en place se heurte sur le fait que le kilométrage touche aux informations personnelles du propriétaire. Oui, d’une certaine façon c’est exact. De mon point de vue, je dirai que le nombre de kilomètres parcourus dans un espace-temps x ou y, ce n’est pas très intéressant sauf si l’on porte le nom de James Bond, et encore.

De plus, et peut-être pour cette raison aussi, L’Allemagne est le pays par excellence ou il y a beaucoup d’Audi, BMW, Mercedes et qui sont très convoitées et pour cause. D’une façon inofficiel (à voix basse) il a été avoué qu’environ 40% des voitures d’occasion allemandes ont leur compteur trafiqué. Une partie de ces voitures arrivent aussi en France par le biais des différents canaux existants. Les soucis ne commencent qu’en général quand la garantie fournisseur est écoulée. Un moteur cassé n’arrive que rarement par hasard.

ll y a quelques mois j’ai mis sur mon blog un article sur la Blockchain et le CarPass digital de chez Volkswagen qui permettait via le mode connecté d’enregistrer l’ensembles des informations techniques d’une voiture. (https://interned-cars.com/la-blockchain-et-le-digital-carpass-annoncent-la-fin-des-compteurs-truques/).

Il pourrait que ce dispositif ira vraiment enrayer le fléau. 

La transformation thermique vers électrique fait trembler le monde automobile Allemand sur ses fondations.

  • par

Cela ne vous a pas échappé, nous sommes en pleine transformation des modes de combustion des voitures. Pour atteindre les objectifs de la COP21 les gouvernements pondent des lois à vitesse grand V pour réduire l’émission de Co2 et les constructeurs annonces la sortie des versions électriques de leurs modèles quasi tous les jours, car à défaut ils perdent des parts de marché.  
Une transformation digne d’un électrochoc. Considéré comme le plus important changement dans le monde de l’automobile depuis la crise du pétrole des années 70. 
 
Afin de sécuriser la transformation vers un parc majoritairement électrique, un investissement massif est nécessaire dans la construction de plusieurs usines de batterie et centres de recherche en Europe.  
Aujourd’hui les deux principaux fournisseurs se trouvent en Asie et n’arrivent déjà plus à répondre aux demandes croissantes. 
Bruxelles a donné en début du mois son accord de débloquer 3,5 miljards pour l’investissement dans un centre de recherche européenne qui devrait accompagner la transition. Des très gros investissements seront nécessaires pour assurer la production des batteries et ainsi la livraison des voitures électriques dans des délais à peu près raisonnables.  
Deux composant sont essentiels dans la production des batteries. Le Lithium et le Cobalt. Les quantités exploitées dans les mines de Lithium sont en train de diminuer et les prix augmentent. Une pénurie ne serait pas à exclure selon certaines sources. Heureusement on a le vécu du pétrole que l’on annonçait aussi une courte vie manque de ressources … 
BMW a pris les devants et a annoncé l’investissement de 540 million d’Euros dans l’achat de Lithium en Australie, correspondant à leur besoin sur la période 2020-2024. Mais ce ne sont “que” des soucis d’intendance.  
 
La médaille a un revers !  
Un effet directement lié à cette transition qui fait beaucoup de mal en Allemagne est celui des entreprises orientées “moteurs thermiques” qui mettent la clé sous la porte à tour de bras !  L’effet de cascade ne semble pas encore voir sa fin.
Jusqu’à il y a quelques mois encore sans difficultés notables. Les licenciements secs se comptent par millier. Audi, Daimler, Continental, Bosch, Jaguar, Ford … 
Depuis le début 2019 un total de plus de 30.000 personnes est comptabilisé. Les pessimistes annoncent un nombre avec 5 zéros d’ici la fin 2020.   
Pour le moment cet effet semble se limiter à l’industrie automobile Allemande. 

Que la transformation soit bonne, nécessaire, il n’y a pas de doute ! On a trop longtemps pollué notre terre comme des enfants gâtés. Mais de là de se “auto-créer” une crise économique (et donc financière) européenne (?) afin de réaliser les objectifs de la COP21.
Je pense que vous y êtes opposé aussi. Dans ce cas faire les choses un peu moins vite limitant les effets néfastes.
Je pense, afin de bien accompagner le mouvement de cette transformation et pour tenter d’éviter la vague de licenciements à sec comme actuellement le cas en Allemagne, il est indispensable de s’assurer que des formations proposées en France soient adaptées aux besoins de l’industrie. J’ose espérer que ceci a été suffisamment anticipé par tous les acteurs. 

Heureusement cette transformation a aussi du bien. Être ou devenir électricien c’est un métier de l’avenir !  
Comme exemple ceci : Chez Audi en Belgique (région Bruxelloise) ou sont fabriquées les e-Trons (voitures hybride), les spécialistes en électricité automobile sont payés 3 fois le SMIC français. 

ADAS – Dispositif Avancé d’Assistance à la Conduite

  • par

Il y a deux écoles pour réduire le nombre d’accidents graves sur les routes du monde. Par la sensibilisation et en équipant les nouveaux modèles de voiture avec des avancements technique qui observent et analysent notre façon de conduire : les ADAS. Ces dispositifs fonctionnent avec un ou plusieurs caméras (jusqu’à huit pour certains systèmes aujourd’hui) à l’avant, aux côtés et à l’arrière des véhicules. Les processeurs sont capables de traiter les prises de vue simultanément et en temps réel. Pour en citer que quelques uns : l’aide au parking (APS) ; alerte de franchissement de ligne (AFIL) ; assistant de freinage d’urgence (AFU) ; détecteur d’angle mort (BSM) ; régulateur de vitesse adaptif (ACC) ou encore la reconnaissance des panneaux de circulation (RSA)*.
Notre lexique des abréviations est disponible ici

On est encore au stade ou nous sommes averti par une signal sonore ou visuel. Mais vous le savez, les techniques permettant une conduite semi-automatique et de plus en plus sûre dont sont équipées les voitures neuves, évoluent à vitesse grand V. C’est aussi un pas de plus vers une conduite autonome que tous les grands groupes automobiles sont en train de développer depuis quelques années. Pourquoi ?
La raison se cache dans l’amendement d’une législation Européenne qui prescrit qu’à partir de 2022, toutes les voitures doivent être équipées avec des capteurs ADAS.  

Pour s’assurer le bon fonctionnement de ces capteurs, une de mise à jour régulière et calibrage est donc nécessaire. Même le petit accrochage sur le parking en ville risque de perturber les capteurs. Tous les garagistes de marque et centres de contrôle technique ont dû investir dans des ADASMS (MS pour Management system ou Système de gestion) afin de pouvoir effectuer la détection d’un dysfonctionnement et la mise à jour des modules sur les voitures. Ces ADASMS, de plus en plus sophistiqués, ont une base de données embarquée de tous les modèles de voiture des constructeurs principaux mondiaux et ils sont connectés afin de recevoir les dernières mises à jour automatiquement des constructeurs. 
Les ADAS les plus modernes font le calibrage en 10 minutes chrono en main.
Demain votre voiture démarrera peut-être par reconnaissance vocale ou biométrie.

Un nouveau-né dans l’automobile : la DiesO(t)tomobile

  • par

Avant COP21 et après.

Un des choix à faire en concession automobile était quelle motorisation, quelle source d’énergie. Essence ou gazole. L’essence était pour les petits trajets et sinon c’est le gazole qui est plus intéressant.  
Puis la prise de conscience écologique mondiale fait son petit bonhomme de chemin. Le tri sélectif, des nouvelles énergies (solaire et éolienne) pour en citer que quelques-uns.  
C’est avec la signature du COP21 en Avril 2016, que les choses prennent définitivement stature. L’échauffement de la planète, l’émission de Co2 etc. On pollue trop et si l’on souhaite que notre monde soit meilleur (pas le moindre pour nos enfants), il faut que l’on change nos habitudes.  
Les propositions de nouvelles énergies ne manquent pas dans le mode de l’automobile : l’essence combiné avec l’éthanol ou de l’électrique (« hybride”), le GPL (Gaz Pétrole Liquéfié), le 100% électrique (à Hydrogène ou à chargement par réseau) ou le gazole (avec ou sans l’ajout “AdBleu”). 

La recette magique à laquelle doit répondre chaque nouveau moteur : coupler fiabilité technique, dynamisme et souplesse de conduite, économique en consommation et, avec un durcissement des lois sur l’émission Co2, un taux le plus bas possible.  
Certains réglages moteur de dynamisation de conduite que chaque conducteur recherche, donnent des résultats meilleurs, mais aucuns n’aligne réellement tous les points ci-dessus d’une façon pérenne.  

Ce sont des jumeaux!

Aujourd’hui s’ajoute à la liste de motorisations un moteur à essence utilisant le mixte de techniques utilisé sur les moteurs à l’essence et le gazole. Une marque Japonaise a lancé la commercialisation mondiale d’un modèle équipé avec un tel moteur. Ce nouveau moteur consomme moins, émets peu de Co2 et ne produit pas d’Oxyde d’azote (NOx). Un vrai alternatif donc aux autres motorisations existantes. Une motorisation donc “classique”, mais qui s’appuie sur la technologie SpCCI (pour Spark Controlled Compression Ignition). Elle conjugue les points forts du moteur à gazole inventé par Rudolph Diesel à ceux du moteur à essence, inventé par Nicolaus Otto. On pourrait donc l’appeler la DiesO(tto)mobile. 

Révolutionnaire ou pas?

Qu’est-ce qu’est de si différent ? L’allumage de la combustion. 
Ce moteur utilise le mixe des deux techniques d’allumage, celle des moteurs à gazole et essence.  
Le moteur obtient un taux de compression de 16,3/1, qui est équivalant à un moteur gazole. Les moteurs à gazole, utilisent un allumage à compression (l’air est compressé -et sous cette compression, chauffée à 800 dégrées -avant d’être mélangé avec le carburant gazole). Le moteur à essence fonctionne sur le principe “par étincelle” à l’aide du bougie.  
Le fonctionnement est qu’en bas régime la technique du gazole est utilisée, à noter que la température d’ignition soit inférieure à celle dans un moteur à gazole et un taux d’azote proche de 0 et le mode dites “classique” à essence (l’étincelle est fournie par une bougie qui sert de détonateur) pour les régimes supérieurs. Ce mix est géré d’une façon autonome par la partie électronique de la voiture à l’aide de capteurs de pression interne dans chacune des 4 cylindres. L’ordinateur à bord permet de calculer quel doit-être selon la conduite, le mélange optimal entre combustion, compression d’air et façon d’allumage.   
Ses 180 ch/DIN, une consommation moyenne d’entre 4 de 5 litres au 100 kms (selon la conduite) et un taux d’émission Co2 (WLPT) de 82gr/km, sont des résultats que peu de moteurs thermiques arrivent à produire de nos jours .  
La nouvelle technique “mixte” va peut-être nous amener vers la maîtrise de l’effet du “cliquetis”, qui a été à l’origine de l’arrêt du déploiement des moteurs à essence et un allumage 100% par compression (fonctionnement moteur à gazole). 

Cette nouvelle alternative peut être une réponse intéressante à un moment où les mœurs sont en train de basculer et que le consommateur souhaite définitivement s’orienter vers des motorisations propres et surtout à un prix abordable. 

TVA – Législation et contournements

Sur certains forums Européens on peut lire des informations pas très précises à ce sujet. Bien fait et clair. Sur d’autres sites/forums, j’ai en trouvé qui était carrément dépassées.
Parce qu’un client averti en vaut deux et afin d’éviter que le plaisir de l’acquisition de votre nouvelle voiture par importation ne se transforme en cauchemar, j’ai pris ma plume et espère que les informations ci-après vous seront utiles.
Dans cet article vous allez trouver une synthèse de toutes les informations correctes à ce sujet, car personne est servi d’être mal informé sur un sujet comme l’importation automobile, la TVA qui est à payer mais aussi les façons assez répandues de contournement à cette devoir dans le seul et unique but de vendre une voiture neuve moins chère que la concurrence, qui eux font leur travail de consultant mandataire en importation automobile selon les règles imposées par les lois.

Aussi je reste à votre disposition pour des questions et le cas échéant vous compter parmi mes clients.

La loi européenne sur la TVA qui régit l’espace « Schengen » stipule qu’elle doit toujours être payée dans le pays de la première immatriculation. Seules les voitures qui ont parcourues moins de 6000kms ET dont l’immatriculation est faite à moins de 6 mois avant la vente pour export vers un autre pays Européen, la TVA doit être payée dans le pays d’importation. Ces voitures sont considérées comme neuves, de même les voitures avec 0kms.
La TVA est alors payée aux services des Impôts en France. En échange un Quitus fiscal est délivré sur le champs.

Les différentes façons les plus connues :

  • La triangulaire :

C’est la façon d’arnaque très répandue et concerne surtout les voitures d’occasion récentes. Elle consiste d’une entente entre 3 sociétés automobile de 3 pays Européens différents.
Le vendeur/mandataire Français contacte un garagiste à l’étranger pour le compte d’un client français. Le contact Allemand propose un véhicule qu’il a acheté encore dans un autre pays ou le véhicule est passé de l’état H.T. en T.T.C. et ceci avant qu’il n’arrive la ou l’intermédiair Français l’achete pour le client Françcais. Le client Français ne se doute pas que la TVA n’a pas été payée sur sa voiture car sur sa facture d’achat est indiqué un prix TTC. Le souci vient quand au centre des Impôts, le QUitus Fiscal n’est pas délivré, faute d’avoir payé la TVA.

  • Les fausses factures d’achat antérieur :

Certains Mandataires achètent des véhicules d’occasion chez des partenaires Européens qui leur délivrent une facture en TTC, de la même façon qu’avec la triangulaire.

  • Le retard dans la délivrance des papiers indispensables qui aurait pû permettre une immatriculation rapide en France.

Une pratique surtout répandue sur les voitures neuves.
Prétextant que les autorités du pays d’origine de la voiture ne délivraient pas les papiers dans les temps, l’immatriculation se faisait attendre souvent au-delà de 6 mois. Le client confiant que le Mandataire s’occupe de tout, conduit dans sa voiture neuve à un prix intéressant.
Pour rappel la TVA doit être payée en France sur une voiture neuve. (voir plus haut pour lire ce que disent les textes sur les lois concernant l’acquittement de la TVA).

Dans ces trois cas le risque pour le client :

  • Les services fiscaux ne délivrent pas le Quitus Fiscal, sauf après le paiement des 20% de TVA. A juste titre, mais désastreux pour le client, car sans le Quitus pas d’immatriculation en France!
  • Le Fisc Français peut réclamer les 20% de la TVA non acquittée, jusqu’à 5 ans après l’achat.
  • De ce fait la voiture est d’un coup bien plus chère que chez un mandataire ou conseil en importation qui applique les textes de loi.
  • Selon nous, aucun recours n’existe pour se retourner contre le prestataire.

Comment vous protéger ?

  • Voitures d’occasion :
    • Vérifier le carnet d’entretien de la voiture sur son authenticité (dates, kilométrages et espacements d’entretien selon les normes constructeur, les signatures et orthographes sont logiquement toujours différentes …).
  • Voitures occasion et neuves :
    • Vous devriez demander une attestation sur l’honneur de la main du mandataire, complet avec le nom, adresse etc. [tampon ?] de sa société) comme quoi il est en règle avec la TVA sur la voiture qu’il vous vend (descriptif de la voiture détaillé).
    • Demandez qu’il vous transmette une copie du Quitus Fiscal de cette voiture qui devrait être à son nom ou au nom de la société propriétaire.
    • Les fausses factures ? C’est difficile de parer à ça, comme ce n’est pas le mandataire en France qui les fait (même s’il peut se douter de quelque chose). Dans ce cas, le mieux serait encore de vous baser sur la réputation de la personne par la bouche à oreilles (une façon à double tranchant).
    • Les fausses factures d’entretien sont relativement facile à détecter car toutes les factures doivent se retrouver sur le carnet d’entretien de la voiture.
  • Autre : L’acompte qui se volatilise …

Un Mandataire demande un acompte de 30 % d’avance au client afin de «bloquer la voiture chez la concessionnaire à l’étranger». Nombreux sont nos compatriotes qui se sont rendus compte trop tard que l’intermédiaire s’est fait la malle vers d’autres horizons.

  • Négocier un acompte moins important et pas un tiers du montant total. Il existe
    des sites qui se sont spécialisés dans la transition de sommes d’argent a travers l’Europe. Une société Américaine est la référence en la matière. Concernant d’autres prestataires nous n’avons pas de visibilité sur leur fonctionnement et sérieux.
  • Compteurs trafiqués

Le temps que les garagistes ouvraient le tableau de bord d’une automobile pour trafiquer/changer le compteur fait définitivement parti du passé. Aujourd’hui les moyens sont plus sophistiqués et électroniques. Cependant au risque de très lourdes peines les bricoleurs peuvent descendre le kilométrage d’un véhicule. Cette pratique est interdite dans tous les pays d’Europe, mais encore pratiquée par certains de nos jours.

En cas de doute, vaut mieux s’abstenir et trouver mieux ailleurs.

INTERNED-Cars accompagne ses clients à importer leur voiture de préférence des Pays-Bas. Plus de renseignements dans Fonctionnement, ou vous trouverez l’explication à ce choix.

Un historique sur l’importation depuis un autre pays du CE.

Avec l’ouverture de l’espace Schengen en 1992, qui a permis la libre circulation des hommes et des marchandises, le commerce d’achat et revente de voitures originaires d’un autre pays Européen s’est aussi développé rapidement. Dans ces débuts, l’importation n’était cadrée nulle part en Europe. Certains Mandataires de la première heure n’ont simplement pas pu faire les choses dans les règles, faute d’information claire de la part des instances officielles. S’ajoute les malversations commises à cause du manque de cadrage et qui a fait que certains clients, à la recherche de faire «une affaire», se sont fait avoir.
Le résultat aujourd’hui est que nombreux sont les compatriotes Français qui sont encore un peu hésitants quand on aborde le sujet de l’importation. Ils ont (à juste titre) besoin de réponses. Heureusement avec le cadre qui s’est nettement amélioré ces dernières années, des vraies solutions sont offertes aux Français et leur permet de sécuriser ce process et ils peuvent, eux aussi, acheter une autre voiture au meilleur prix possible. Les systèmes informatiques Européennes désormais reliés (je pense surtout par rapport au paiement de la TVA dans un autre pays Européen) et les contrôles plus fréquents des entreprises.

Les Mandataires ont eu mauvaise publicité à l’époque des années 2000, peut-être aussi parce que les Garagistes des marques voyaient leurs ventes en baisse constante. Les Mandataires qui sont (encore) sur ce créneaux, peuvent être considérés comme valables et sérieux. Les nouveaux peuvent aussi bien être sérieux mais les clients doivent s’assurer d’un certain nombre de choses, le prestataire se doit (pour le prouver), avoir une totale transparence vis à vis du client de son fonctionnement.

Les Garagistes de la marques ont d’ailleurs pris conscience que le modèle de vente de l’époque devait être réinventé et l’ont fait!
Aussi les garages multi-marques ont vu le jour, qui aujourd’hui proposent des voitures à un prix plus intéressant qu’auparavant et ceci dans le but de mieux servir ceux qui préfèrent acheter leur prochaine voiture près de chez eux.
Souvent le mobile du client est que l’on pense avoir de meilleures garanties chez le concessionnaire local.
Également il y a des sites web internationaux permettant de voir en quelques clics le prix d’une voiture ailleurs en Europe. C’est très bien car le client peut mettre en concurrence différents prestataires depuis chez lui. Vive Internet !
INTERNED-CARS est là aussi pour vous afin de vous accompagner dans les démarches souvent complexes, truffées de détails importants, liées à l’importation de votre prochaine voiture.

La différence entre mandataire et conseil en importation ?

Un Mandataire est une personne morale [souvent en statut SARL] qui recherche via un mandat une voiture neuve ou d’occasion pour un client. Aussi il dispose d’un stock de véhicules et qu’il importe au nom de sa société afin de les proposer à ses clients. Un Mandataire fait toutes les démarches au nom du client.

Un conseil en importation est une personne physique avec un statut légal différent [Auto entrepreneur, EURL, Micro entreprise] inscrit auprès des instances gouvernementales Françaises. Il n’achète pas les véhicules pour ses clients. Avec très souvent des formules d’accompagnement différentes, le client peut choisir et ajuster le niveau de service souhaité selon son envie.

Comme un homme averti en vaut deux, lisez aussi l’article «Fraudes» sur les différents moyens incorrects afin de créer une différence de prix artificiellement et qui sont encore pratiqués par certains revendeurs en France et Navarre au détriment des Français qui une fois qu’il sera trop tard, payent le prix fort.